Le Programme du PNR Présentation du Président Les Numéro du "Le national Radical" Les flashs infos du PNR Il est rappelé que, à la demande du  lobby juif sioniste, la ‘’Justice’’ a interdit la  vente du N° 16 du ‘’Le National  Radical’’ qui titrait “Les Juifs qui  dominent la France” et a condamné, en  première instance, le président du PNR à  2 mois de prison ferme et à payer la  somme de 7.500 € au titre des  “dommages et intérêts” à la très vertueuse  association des commerçants de  l’antiracisme dénommée LICRA (Ligue  Internationale Contre le Racisme et  l’Antisémitisme).   Prison ferme commuée en 5.000 €  d’amende par la Cour d’appel de  Grenoble.   Ainsi, il était confirmé que la liberté  d’expression était sous l’entier contrôle  des commerçants de l’antiracisme et qu’il  était interdit d’évoquer la moindre vérité  sur le lobby juif sioniste.  Et-il bien nécessaire d’ajouter que  cette atteinte à la liberté de la presse s’est  fait dans l’indifférence totale de  l’ensemble des média nationaux pour qui  les seules libertés qui vaillent sont celles  qui les concernent personnellement !  L’arrêt de la Cour d’appel de Grenoble  avait fait l’objet d’un pourvoi en cassation.  Et, c’est sans grande surprise que  nous venons d’apprendre que le pourvoi  vient d’être rejeté. Rejet qui nous oblige à  saisir la Cour européenne des droits de  l’homme...  Des informations complémentaires  seront communiquées dans la prochaine  mise-à-jour.  PARTI NATIONAL RADICAL 22, chemin de la croix - Grand-Coeur - 73260 Aigueblanche -Tél. 06 02 33 51 20 Nos libertés fondamentales baffouées ! Reconfinement : le remède pire que le mal ! Quelque 300 universitaires scientifiques et professionnels de la santé ont récemment signé une tribune pour  dénoncer l'absurdité du confinement général. A l'exception de quelques sites  comme “Alternative Santé” aucun média  ne s'en est fait l'écho. Et pour cause ! Ils dénoncent les manipulations des chiffres, par les médias, sur le nombre des morts quotidiens,  mais aussi l'instrumentalisation politique du Conseil Scientifique. Pour cela, ils s'appuient sur les données statistiques de  la très faible probabilité réelle de se retrouver hospitalisé (0,5 %) et plus encore, admis en réanimation (0.09 %). Ils  rappellent ensuite une autre réalité (comme indiqué dans notre article précédent)  que chaque année, en automne-hiver,  les chiffres d'hospitalisation et d'admission en réanimation augmentent et que la grippe saisonnière tue, d'après nos  mêmes médias, entre 10.000 et 20.000 personnes.  Tous les arguments développés dans cette tribune ne plaident pas en faveur d'un confinement général dont les  conséquences ne font que renforcer cette opinion. Outre que les libertés individuelles fondamentales et la démocratie  sont totalement bafouées par cet état d'urgence voté par nos députés godillots, les conséquences économiques et  humaines sont dramatiques. Comme le dit David Nabarro, responsable à l'OMS des questions concernant le Covid-19 :  "Le confinement a des conséquences que nous ne devons jamais minimiser, celles de rendre les gens pauvres,  beaucoup plus pauvres." Et nous rajouterons : de créer, pour un très grand nombre de nos concitoyens, un immense  désarroi existentiel, pour qui les conditions pénitentiaires sembleraient presque plus supportables que ce confinement  qui nous prive, depuis des mois maintenant, de toute vie sociale.  L'ONU va également dans le même sens. En mars 2020, des rapporteurs spéciaux de cet organisme avaient  demandé aux États d’éviter d’outrepasser les mesures sécuritaires dans leur réponse à l’épidémie. De plus, les données  de l’OMS montrent qu’un confinement général ne réduit pas les contaminations. La solution, écartée d’emblée dans le  discours du Président Macron, passe par l’isolement des personnes sensibles et des cas positifs, et par le  développement d’une immunité collective, seule capable de venir à bout des différentes souches de virus qui circulent.  C’est la position soutenue par plus de 10.500 scientifiques et plus de 29.000 médecins qui ont signé un texte appelé  "Déclaration de Great Barrington", dans laquelle ils déclarent être « inquiets des impacts physiques et mentaux causés  par les politiques actuelles contre le Covid-19… » Cette déclaration, qui constitue un événement, est passée, elle aussi,  totalement inaperçue dans les médias français.  Le Covid-19 ne serait-il pas, en définitive, comme certains le prétendent, qu'un prétexte à cacher les mauvaises  intentions politiques et la débâcle financière. Le tout orchestré et programmé à Davos pour installer la gouvernance  mondiale, voulue par l'oligarchie mondialiste, sans qu'elle n'ait plus jamais à tenir compte des intérêts des peuples ainsi  tenus en esclavage ?  Le confinement, et son corollaire naturel qu'est le port obligatoire du masque deviennent ainsi l'arme de la  soumission totale ! Et ne comptons pas sur un sursaut salvateur de nos médias nationaux qui, tels des chiens repus couchés devant  leurs maîtres, déclarent péremptoirement que 68 % des Français sont favorables au reconfinement...   Pourcentage qui pourrait, encore aujourd'hui, faire sourire Winston Churchill qui, en politicien éclairé, déclarait : Je  ne crois jamais une statistique, à moins de l'avoir moi-même falsifiée... Edité le 6 novembre 2020 “Le droit de la race supérieure” Le Parti National Radical recommande tout particulièrement la lecture de l’ouvrage ci - contre intitulé « Le droit  de la race supérieure » d’Isaac  Blümchen. Ce livre, bien qu’édité en 1914, reste toujours d’actualité et doit aider à la  compréhension de la funeste politique qu’ont mené, et mènent toujours, l’ensemble de nos  gouvernements successifs. A la lumière de ce qui est écrit dans ce livre, rien ne pourra  donc jamais permettre un véritable changement politique sans une lutte acharnée contre le  lobby juif sioniste. Quelques extraits du livre qui peut être lu entièrement en cliquant dans l’encadré de  la couverture  :    «Enfin, le peuple juif est maître de la France. Les gouvernements et les nations  reconnaissent le fait officiellement...» «Notre conquête est désormais un évènement accompli. J’ai expliqué que nous ne   voulions pas faire sortir de France les Français, comme l’ont dit témérairement  quelques–uns des nôtres, exaltés par la victoire. Nous ne supprimons que les Français  rebelles à notre domination, c’est-à-dire une poignée d’énergumènes. La masse docile et  laborieuse des indigènes nous est nécessaire, ainsi que les Ilotes étaient nécessaires aux  Spartiates en Laconie et que les Hindous sont nécessaires aux Anglais en Hindoustan...»   «Nous régnons sur la France en vertu du même droit qu’ont invoqué les Européens  pour anéantir les Peaux-Rouges et pour asservir les Cafres ou les Congolais : le droit de la  race supérieure sur une race inférieure. C’est une loi de la nature. La supériorité de la race juive et son droit à la  domination sont établis par le fait même de cette domination. Les vaincus s’inclinent devant l’évidence...»   «Sagement, nous nous étions emparés de l’Instruction publique à tous les degrés, avant de démasquer notre  dessein politique...» «Notez bien ce fait, qui résume la situation des deux races : dans aucune famille française vous ne trouverez de  domestiques juifs, de servantes juives. Toutes nos familles juives sont servies par des domestiques français : la race  supérieure, servie par la race inférieure...»   «Ainsi, trente-huit millions d’indigènes français ne lisent que des revues et des journaux rédigés par nos Juifs ou  par des hommes à nous...» «Déjà j’ai montré le Président de la République dans notre dépendance étroite, et les ministères occupés par des  Juifs ou par des indigènes mariés à des Juives...» (NDLR : Les dîners  annuels de nos Présidents de notre République  avec le CRIF - Conseil Représentatif des Institutions Juive de France - ne confirmeraient-ils pas cette déclaration ?  Notez que la lettre J, pour le mot juif, a été gommée de l’acronyme CRIF).  «Nos avocats juifs s’emparent des bons dossiers, accaparent la publicité fructueuse, intimident les magistrats non circoncis...» «Le parti socialiste est à nous, parce que nous entretenons ses journaux, ses organisations, ses tribuns. Le parti  radical et radical-socialiste est à nous ; ses membres sollicitent et reçoivent pour leurs élections les subsides des  banques Rothschild et Dreyfus...» «Pour seconder la Synagogue et le Comité de l’Alliance israélite, nous avons fondé dans Paris des Loges  maçonniques où nos frères délibèrent seuls, à l’abri des profanes. Toutes les Loges maçonniques sont peuplées de nos  Juifs...» «La conquête de la France a été facilitée par une suite de conjonctures heureuses ; Jéhovah combat si  ouvertement pour nous qu’il tourne à notre avantage même les résistances opposées à nos efforts...»   «Ce qui reste de l’aristocratie, nous l’avons acheté. Les bourgeois qui prétendent à quelque avenir dans la vie  publique sont réduits à devenir nos gendres ou nos estafiers.(NDLR : Manuel Valls n’a-t-il pas annoncé publiquement  qu’il était marié à une femme juive et qu’il était, dès lors, attaché indéfectiblement à Israël ?)  Les descendants des  anciennes grandes familles épousent aussi nos filles ou vivent à nos crochets...» «N’est-il pas meilleur pour eux de redorer leur blason en épousant une honnête Juive qu’en épousant une vieille  catin, comme ils ne manqueraient pas de le faire ? Le prince de Bidache, duc de Gramont, allié aux Ségur, Choiseul  Praslin, Montesquiou-Fézensac, Lesparre, Conegliano, etc, etc, a épousé une Rothschild. Le prince de Wagram et de  Neufchâtel (Berthier) a épousé une Rothschild...»   «En peu d’années, par d’heureuses banqueroutes, par des émissions de valeurs fantastiques, par des trafics qui  n’ont de désignation précise en aucune langue, nous faisons passer dans nos poches la fortune de dix, de cent, de mille  familles françaises. La République nous protège, la magistrature est à nous, les lois n’existent plus...»   «Quand je dis que la magistrature est à nous, je ne trahis aucun secret. Une bonne partie des magistrats du  parquet ou des juges et conseillers de Paris sont juifs. Les magistrats indigènes savent que leur avancement dépend de  leur zèle pour la cause juive...»  Précisons, par souci d’honnêteté, que ce livre a fait, comme on peut s’en douter, l’objet de nombreuses  controverses et contestations. L’identité même de l’auteur fut contestée par la communauté israélite qui a proclamé haut  et fort que cet ouvrage était une escroquerie pure et simple fabriquée de toutes pièces par... l’extrême droite !  Halte à la dictature sanitaire   Le Covid-19 a tué (ou aurait tué) à ce jour, si l'on en croit les statistiques officielles, près de 800.000 personnes  de par le monde soit un peu moins que 4 pour 1000 des malades et 1 pour 1000 de la population mondiale.  Ces chiffres, bien que discutables (l'Italie, par exemple, décomptait parmi les victimes du Coronavirus tous les  décès testés positifs post-mortem) seraient à rapprocher d'autres formes de ''pandémies" tout autant, voire plus  inquiétantes qui, pourtant, n'émeuvent guère les pouvoirs publics. Le diabète, en est un exemple qui, selon l'OMS,  tuerait directement 1,6 million de personnes par an, à quoi il faudrait ajouter 2,2 millions de décès causés par les effets  de l'hyperglycémie sur les maladies cardio-vasculaires.  Il n'est plus un jour ou le rouleau compresseur médiatique nous agite le spectre effrayant d'une deuxième vague  mortelle de l'épidémie. Le nombre des fameux clusters - tiens, qu'est devenue la loi Toubon, sur la préservation de la  langue française ? - ainsi que les personnes testées positives au Covis-19, ne cesse d'augmenter, nous dit-on ! Oui,  mais le nombre de personnes testées s'accroît lui aussi ! Rien qu'entre le 25 et le 31 juillet, 565.000 tests ont été  effectués, en France, alors qu’au mois de juin, l’on peinait à en réaliser 200.000 par semaine.   Pour autant, une personne testée positive n'est pas -ou n'est plus- une personne malade ! C'est seulement une  personne qui a contracté le virus -peut être même sans s'en rendre compte- et qui est immunisée naturellement contre  la maladie ! rien à voir, donc, avec les présumés cas pathologiques annoncés. Ce qui compte réellement , c'est le  nombre de malades et de morts ! La réalité, comme l'a dit le Pr Toubiana sur LCI, c'est qu'à l'heure actuelle, "il n'y a pas  d'épidémie, il y a des gens porteurs d'un virus, ils ne sont pas malades. Une épidémie sans malades, je ne sais pas ce  que c'est". Faut-il, dès lors, affoler la population et désorganiser le tissu économique et social d'un pays pour une infection  parfois mortelle, certes, mais la plupart du temps sans grande gravité ?  Prenant pretexe de l'augmentation des personnes testées positives, la Direction générale de la santé (DGS)  recommande le renforcement des mesures sanitaires. Mesures que notre gouvernement s'empresse opportunément,  comme par une étroite connivence, à imposer à l'ensemble de la population.  Mais au fait, qu'en est-il des 15 à 20.000 décès déclarés annuellement au titre de la grippe saisonnière ? Le  Covid-19 aurait-il miraculeusement épargné toutes ces vies ?   Pour endiguer l'épidémie, le gouvernement prône, après avoir réfuté son utilité,  le  port du masque et le rend  obligatoire dans les transports en commun et dans les lieux clos ouverts au public. Mesure qui préfigure, très  vraisemblablement,  le prélude à la vaccination obligatoire.   Mais sait-on seulement que l'utilisation prolongée du masque a des conséquences particulièrement néfastes sur  la santé? Son utilisation prolongée provoque une hypoxie. Respirer sans cesse l'air expiré ainsi chargé en dioxyde de  carbone, en plus d'engendrer une grande fatigue, intoxique ses usagers, provoque des vertiges, des malaises, la perte  de réflexes et de conscience. La détérioration de l'air respiré provoque également une dégradation du glucose et une augmentation de l'acide  lactique particulièrement dangereux pour la santé.  Sait-on également que l'usage régulier et prolongé des gels hydroalcooliques attaque la première barrière  immunitaire naturelle de notre corps, et détruit les bactéries et le film lipidique de notre peau qui font naturellement  obstacle aux virus  ?  C'est d'ailleurs à cause de l'usage excessif des produits antibactériens, et d'une méconnaissance du rôle des  bactéries dans notre immunité, que nos organismes deviennent, d'année en année, plus sensibles aux agressions  extérieures. Ainsi, tout esprit informé, tout individu qui réfléchit quelques minutes, peut émettre de sérieux doutes sur la  véritable réalité de cette pandémie.  L'urgence sanitaire décrétée par notre gouvernement s'apparente, en réalité, à une vaste manipulation, ainsi qu'à  un grossier prétexte pour imposer à la population toute une série de contraintes liberticides auxquelles elle doit se plier  sous peine d'amendes - port du masque obligatoire dans nos villes (sauf pour la racaille), interdiction de tout  rassemblement (sauf pour la racaille), manifestations interdites (sauf pour les organisations bien-pensantes), limitations  d’accès aux lieux publics et de culte, restrictions à l’entrée dans les commerces, contraintes draconiennes imposées  aux bars et restaurants. Ne parlons même pas de l’enseignement : personnels, élèves, étudiants, professeurs, tous  masqués... un vrai délire !  Somme toute, le covid-19 ne menacerait-il pas plus sûrement nos libertés et notre économie, que notre santé ?  Edité le 31 août 2020 Confinement : Emmanuel Macron persiste à plonger notre pays dans le chaos. Comme on s'y attendait, Emmanuel Macron vient de prolonger la durée du confinement. C'est sur le ton  sentencieux, tel un pédagogue rompu aux exercices démagogiques, que notre émérite président nous a abreuvés d'un  discours d'une affligeante vacuité.   C'en était même à se demander s'il ne s'était pas trompé de discours tant il était en décalage avec les  préoccupations du moment.   Plus qu'à entendre un insidieux discours de propagande électorale il aurait été grandement préférable qu'il  expliqua précisément pourquoi sa décision de prolonger le confinement allait à l'encontre de ce que faisaient d'autres  pays européens.   On aurait ainsi aimé qu'il explique :  — pourquoi l'Autriche, qui avait été parmi les premiers pays à décréter le confinement vient, après trois semaines  et demie, de programmer un assouplissement des contraintes imposées à la population : liberté de circulation,  réouverture dès le 14 avril des petits commerces alimentaires, réouverture des magasins de vêtements et des salons de  coiffure à la fin du mois, les restaurants et les écoles à la mi-mai. En contrepartie le port du masque devient obligatoire  sous peine d'amende de...50 € (ils sont distribués gratuitement à l'entrée des supermarchés).  — pourquoi à Hong-kong, où le port du masque a été rendu obligatoire dès le début de l'épidémie, il n'y a aucun  confinement. Les restaurants restent ouverts et l'activité économique est pratiquement normale. Pourtant, cette ville de  7 millions d'habitants avec une densité de 7.000 personnes au km2, soit 60 fois supérieure à celle de la France, ne  compte que 4 décès liés au coronavirus. Comme quoi, et contrairement aux allégations précédentes de la porte-parole  du gouvernement, le port du masque fait toute la différence !  — pourquoi l'Allemagne, qui n'a pas appliqué de confinement strict, a 4 fois moins de morts que chez nous, et la  Suède, qui n'a pas confiné du tout, s'en sortent mieux que nous.  Qu'il nous explique enfin pourquoi l'Espagne, et la Suisse dont le confinement est beaucoup moins rigide qu'en  France, assouplissent les restrictions en vigueur. L'UDC, (nationaliste conservateur) premier parti de la Suisse, qui  dénonce l'atteinte aux libertés individuelles et à l'économie du pays, va même jusqu'à réclamer la levée totale du  confinement dès le 20 avril !  Ainsi qu'on le constate, alors que l'étau du confinement se desserre un peu partout, Emmanuel Macron, lui,  poursuit sa politique insensée d'isolement social dans un climat de tension permanente digne des pays communistes :  limitation drastique de la libre circulation, contrôles policiers intensifs allant jusqu'au survole des populations rurales par  des drones, voire des hélicoptères, de la gendarmerie, amendes démentielles...   Une fois encore on mesure l'inquiétante inexpérience politique de ce gouvernement qui, par ces mesures  manifestement disproportionnées au regard de la gravité sanitaire réelle, va plonger notre pays dans un épouvantable  chaos économique et social ? Espérons, toutefois, que notre colère, elle, reste bien confinée !  Edité le 15 avril 2020 Coronavirus : le gouvernement nous fait lamentablement payer son incurie ! ...Et ce n'est certainement pas Agnès Buzyn, notre précédente ministre de la santé, qui nous contredira, elle qui  a, avec une certaine audace, dénoncé la négligence criminelle de Macron et Philippe !  Elle qui déclarait : « Je pense  que j'ai vu la première ce qui se passait en chine. J'ai alerté le directeur général de la santé (Jérome Salomon). Le 11  janvier, j'ai envoyé un message au Président sur la situation. Le 30 janvier, j'ai averti Edouard Philippe. » Et qu'ont-ils  fait alors ? Rien !  Pourtant, n'aurait-il pas été responsable, au regard de cette mise en garde, et de l'évolution connue de l'épidémie  de coronavirus en Chine, que Macron et Philippe aient réellement et immédiatement pris les mesures qui s'imposaient ?   N'aurait-il pas fallu prévoir immédiatement la possibilité de tester massivement la population pour mettre en confinement  les personnes contrôlées positives, et autoriser la prescription de l'hydroxychloriquine, préconisée par le professeur  Didier Raoult, qui est employée, sans risques majeurs, depuis plusieurs décennies contre le paludisme et qui semble  prometteuse si elle est administrée dès le tout début de l'infection ?  N'aurait-il pas fallu fermer nos frontières entre l'Italie et l'Espagne dès les premiers cas connus de covid-19 dans  ces deux pays ? N'aurait-il pas fallu pallier, sans délai, à l'inconséquente décision de Marisol Touraine, alors ministre de la Santé  sous le mandat de François Hollande, qui avait décrété qu'il ne fallait plus conserver inutilement notre stock de masques  ? Petit rappel :  — En 2006, Xavier Bertrand, ministre de la Santé, avait placé les masques au coeur du dispositif de  prévention. Il s'agissait pour le gouvernement de créer une filière nationale de fabrication de masques pour ne pas  dépendre des usines asiatiques. En mai 2012, Marisol Touraine qui devient ministre de la santé, dispose alors d'un  stock stratégique d'Etat de 1 milliard de masques chirurgicaux et de 700 millions de masques FFP2 . Les choix  budgétaires sont alors modifiés et la fabrication nationale de masques cesse d'être une priorité politique. Le nouveau  crédo libéral n'était plus d'avoir de gigantesques stocks de masques, mais de pouvoir rapidement en faire fabriquer en  Asie en cas de besoin. Chaque hôpital devait désormais constituer son propre stock en fonction de ses propres besoins  —. Mais alors, où sont passés les masques ? D'après une timide explication de l'intéressée, la date de péremption  des masques était dépassée, les élastiques de maintien ne remplissaient plus leur rôle... et ont été détruits. A entendre Sibête Ndiaye, pardon, Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, cette destruction, qui est à  l'origine de la pénurie que nous connaissons aujourd'hui, n'aurait aucune conséquence sur l'évolution de l'épidémie ! Ne  vient-elle pas de déclarer, comme le rapporte le "Parisien" : « De toute façon les Français ne pourront pas acheter de  masques dans les pharmacies car ce n'est pas nécessaire si l'on n'est pas malade ».  Nous voilà donc informés et  entièrement rassurés... Les masques ne sont utiles qu'aux malades ! On comprend maintenant pourquoi, après avoir  tenté par deux fois le concours de médecine, elle s'orienta vers les études philosophiques... Etudes nettement plus  appropriées à la manipulation des masses populaires et à l'instrumentalisation du mensonge à des fins politiques que  celles de la médecine. En témoigne sa déclaration d'avril 2019 :  « J'assume de mentir pour protéger le président de la  République » !  Face à son amateurisme et sa totale incurie, le gouvernement, pour dissimuler ses erreurs et son incompétence,  culpabilise à outrance l'ensemble des Français par des mesures répressives d'une rare violence : amende forfaitaire  passée subitement de 135 à 200 euros en cas de récidive « dans les 15 jours ». Dans le cas de « quatre violations dans  les trente jours », la peine est portée à « 3 750 euros d’amende et six mois de prison au maximum ». Et pourquoi pas la  peine de mort !  Ainsi, plus de 225 000 procès-verbaux ont été dressés par les forces de l’ordre pour non-respect des mesures du  confinement depuis leur mise en oeuvre, a déclaré Christophe Castaner jeudi 26 mars sur France 2, soit 30 375 000 €  récoltés par l'Etat en 9 jours.  Est-ce que Castaner et sa clique ont bien mesuré toute la portée des conséquences de telles mesures ? Ces  dérives technocratiques, particulièremnt peinalisantes, frappent bien plus durement les petites gens que le gratin social.  Savent-ils, eux qui s'engraissent à bon compte sur le dos du peuple, et qui gagnent en un jour ce que gagnent  difficilement en un mois l'ensemble des salariés, ce que représente pour des dizaines de milliers de personnes que de  devoir s'acquitter du montant d'une amende de 200 € ?   200 € c'est, pour beaucoup, plus que ce qu'il leur reste pour finir la fin du mois !  Cette révoltante répression l'est d'autant plus qu'elle émane d'un gouvernement pseudo-socialiste, rallié, il est  vrai, par quelques traîtres de "droite".  200 € c'est aussi, parfois, le prix de l'incompréhension comme l’a relevé « Le Parisien » : une adolescente  verbalisée alors qu’elle transportait plusieurs bidons d’eau pour abreuver ses chevaux, à seulement 500 m de chez elle,  ou ces usagers verbalisés de retour du cimetière alors que les enterrements et crémations sont autorisés, en cercle  restreint. Il y a vraiment quelque chose d’inquiétant dans cet acharnement des pouvoirs publics à vouloir cloîtrer la  population chez elle. Plus qu’un confinement, il s’agit d’une véritable assignation à résidence, qui, par définition est une  mesure pénale prise à l’encontre des délinquants ou des terroristes potentiels. Sommes-nous donc tous des délinquants  ou des terroristes potentiels ? Est-il raisonnable, justifié, d’interdire, sous peine d’amende, voire d’emprisonnement, de faire de la randonnée sur  des chemins peu fréquentés, de faire seul du vélo sur des routes non moins fréquentées, d'aller se promener dans les  bois de proximité ? Ces petites libertés, qui aideraient à mieux supporter le confinement, n'iraient certainement pas à  l'encontre des nécessaires mesures de précaution "recommandées" dès le début de l'épidémie.  Pensez-vous peut-être, messieurs nos gouvernants, que les Français sont tous des irresponsables qui ne  craindraient pas pour leur santé ? Seriez-vous aussi stupides de croire que les Français iraient délibérément au contact  de leurs concitoyens pour mettre en danger leur propre vie ?  Avez-vous seulement bien pris concience des dommages collatéraux que les rigueurs d'un tel confinement  pouvaient avoir sur une grande partie de la population : dépressions, suicides, violences conjugales,   et peut-être  meurtres qui, au final, risque d'être plus dévastateurs que le Covid-19 lui-même.   Rigueur du confinement d'autant plus incompréhensible qu'il épargne, au nom de "la paix sociale", les quartiers  dits "sensibles". Laurent Nunez, directeur général de la sécurité intérieure a déclaré, lors d'une visioconférence avec les  préfets de zone de défense : « ce n'est pas une priorité que de faire respecter dans les quartiers les fermetures de  commerces et de faire cesser les rassemblements ». Déclaration en totale contradiction avec celle du gouvernement qui  ne cesse de nous seriner que le confinement ne sert à rien s'il n'est pas respecté par tous !  Comment, devant tant d'inepties, de contradictions, d'aberrations et de mesures absurdes à caractère totalitaire,  ne pas exprimer notre révolte ?  Il faudra bien, face aux mensonges, et à cette incurie, que Macron, Philippe, Castaner et à aussi tous ceux qui  ont accumulé les fautes, rendent des comptes !  Edité le 31 mars 2020 COMMANDEZ LE DERNIER TRACT INTITULE : Au recto : Répression routière : ça suffit ! Au verso : Faisons payer la crise aux véritables responsables. Prix de vente (coûtant) : 500 tracts = 14 €. Réglement à : PNR -BP 11 - 03360 Ainay-le-Château. Cliquez sur l’un ou l’autre tract pour voir son contenu. Le PNR informe qu’un ouvrage livresque intitulé “Parcours politique d’un militant nationaliste”, qui retrace  dans le détail le véritable parcours du combattant subi par le Président du Parti national radical, est en cours de rédaction. Ce livre se veut être, avant tout, un document de témoignage qui met en lumière le lien de vassalité  absolu des juges envers le pouvoir politique. Sa mise en vente sera annoncée ultérieurement. Les autocollants du Parti National  Radical sont en vente au prix de :  - 12,50 € les 150 autocollants ;  - 23 € les 300 autocollants ;  - 31 € les 500 autocollants.    Adresser la commande et le réglement  à : PNR - 22 chemin de la Croix -  Grand-Coeur - 73260 Aigueblanche  ARCHIVES - Fermeture du site du Parti National Radical : le couperet vient de tomber ! la liberté d’expression aussi ! - Petite anthologie du procès LICRA / PNR. - La génèse de la véritable ascension de Macron. - Macron : simple imposteur ou véritable escroc ? -Emmanuel Macron : le candidat de la banque Rothschild ! - Le Pape François s’égare ! - Marine Le Pen a-t-elle volontairement sabordé son élection ? - Qui gouverne la France ? - Emmanuel Macron vient enfin de parler ! - Holocauste : les temps sont mûrs pour les Juifs de présenter leurs excuses. - Législative 2017 - consigne de vote. - Communiqué - Elections européennes 2019 - Italie : la leçon d’un scrutin. - Monoprix boycotte l’hebdomadaire “Rivarol”, boycottons Monoprix ! - Mariage Homosexuel : qu’attend Marine Le Pen ? - Syrie : non à la guerre américano sioniste. - L’imposture Mandéla. - L’affaire Dieudonné révèle la véritable nature despotique de Manuel Valls ! - Baisse de la vitesse maximale autorisée : non à l’inflation sécuritaire. - Le tract “Non aux mosquées, non aux synagogues, non à la viande hallal, non à la viande casher !” - Le tract “Faisons payer la crise aux véritables responsables” - Le tract “Attentat à la liberté d’expression”. - Le tract “Répression routière : ça suffit” - Encore une inquiétante atteinte à la liberté d’expression. - La grande Mosquée de Paris vole au secours de Macron. - La Licra (Ligue contre le racisme et l’antisémitisme) vient d’inventer un nouveau racisme. - Abaissement de la vitesse à 80  km/h : devrions-nous imiter les  “zaniste”? - Le PNR et le gravité de la  situation du moment.  - Contrôle technique renforcé :  encore un mauvais coup contre les  moins fortunés. 67683 visiteurs Statistiques mensuelles Le PNR recommande la lecture régulière et indispensable de l’excellent hebdomadaire Rivarol - En vente chaque jeudi chez votre marchand de journaux. La vidéo qui interpelle ! (cliquez) Au vu du test réalisé dans cette vidéo, il apparaît clairement que la spontanéité déconcertante de l’embrasement généralisé de la toiture de Notre Dame de Paris ne peut être le fait d’une “simple négligence”. La piste criminelle reste donc la plus vraisemblable !